ACCUEIL




DEPRESSIFS ANONYMES
06-21-55-81-02








TEMOIGNAGE 3




La dépression est une prison.

Entretien
Amélie et Charlotte
(prénoms d’emprunt).

Parlez-nous de votre association ?
Amélie.  Je me suis remise d’une dépression en suivant les réunions des Alcooliques anonymes (AA). Cela m’a beaucoup aidé. Ça fait maintenant quinze ans que je suis dans le programme. Il y a quatre ans, avec des personnes de mon entourage, on s’est décidé à monter un groupe sur le même principe que les AA. Maintenant nous sommes 10 à 15 à chaque réunion.
Charlotte. Il y a sept ans, j’étais au fond du trou. Sans les réunions, je ne sais pas comment je m’en serais sortie et ce malgré le psy, les médicaments. Ne plus être seule, partager ce que l’on vit, être écouté, ne pas être jugé, c’est vraiment ce que j’ai trouvé dans les réunions.

Comment se passent vos réunions ?
On se retrouve tous les jeudis, à 20 h 30 à la Ville-Junguenay. Nos rencontres sont ouvertes à toutes les personnes dépressives qui ont besoin de parler. Au cours de ces réunions, on choisit un thème et un modérateur choisi dans le groupe mène les échanges, passe la parole. Les personnes s’expriment si elles le souhaitent sur le thème ou sur ce qu’elles ont vécu, sur ce qu’elles ont ressenti.

Ces réunions vous aident ?
Charlotte. Oui beaucoup. Il y a une très forte entraide entre nous. Mais ce n’est pas toujours facile, rien n’est jamais gagné. Le dépressif n’est pas un optimiste et au bout de 2 ou 3 réunions on ne se sent pas forcément mieux. Pour un dépressif, l’espoir est important. L’espoir de voir que l’on peut s’en sortir, que d’autres l’ont fait avant nous.
Amélie. Il nous faut sortir de la prison de la dépression. La dépression enferme la personne, la parole conduit vers le rétablissement. La parole, les échanges, nous les avons dans nos rencontres.

Ce week-end vous organisez votre 3e congrès ?
Oui, sur le thème « devenir libre », pour sortir de cette prison qu’est la dépression. À souligner que ce week-end est également ouvert aux non dépressifs. Mari, épouse, famille qui souhaitent comprendre leur proche. Notre but est de faire connaître notre association, que les gens sachent que nous existons et que l’on est là pour les accueillir et les aider.

Ouest-france du 29/09/2013














Copyright 2019 Dépressifs Anonymes
.